Bonjour à tous ! Dans les sorties cinéma de la semaine, je vous propose une aventure de petite taille, un séjour en montagne et un mariage forcé. Bonne lecture à tous !

 

Ant-man et La Guêpe : un héros Marvel mal connu

Nous allons d’abord explorer un nouveau film Marvel un peu à part : le deuxième opus d’Ant-man. Son nom est Ant-man et la guêpe.

Nous retrouvons Scott qui a du mal à assumer sa vie de super-héros et ses responsabilités paternelles. Cependant, Hope van Dyne et le docteur Hank Pym lui confient une toute nouvelle mission à caractère urgent. Scott va alors devoir enfiler son costume et se battre aux côtés de La Guêpe afin de mettre en lumière de vieux secrets enfouis depuis bien longtemps…

J’ai bien aimé le premier opus. Il est passé un peu inaperçu, comme un fantôme, comme un film Marvel déshérité par tout l’univers MCU. Pourtant, c’est un bon film ! De l’action. Des bons effets spéciaux. De l’humour. Des sensations de vitesse durant les phases d’action accentuées par les changements de taille intempestifs des personnages et des objets… Qu’attendre de plus de la part d’un film Marvel ? Le film nous promet une alliance nouvelle pour Scott, alias L’Homme Fourmi (ce qui est nettement moins classe qu’Ant-man). Des missions de super-héros, des secrets super secrets, des problématiques personnelles, tous les ingrédients sont réunis pour écrire un bon film de comics.

Pourquoi aller le voir ? Pour s’éclater un bon coup, parce qu’un film Marvel, c’est toujours bien. Parce qu’il faut sortir des chemins tout tracés et oublier un peu les Avengers. Parce qu’Evangeline Lilly. Ce dernier argument est incontestable, je vous jure.

De Peyton REED – action

 

Come as You are : non, pas la chanson

Non, vraiment, le titre de ce film n’a rien à voir avec la chanson culte. Nous retrouvons Chloé Grace MORRETZ dans un film qui résonne avec la politique du gouvernement de Donald TRUMP envers les personnes trans ou homosexuelles. Voilà pourquoi.

En Pennsylvanie en 1993, Cameron entre dans un établissement isolé au cœur des Rocheuses, « God’s promise ». La voilà livrée à Mme MARSH qui se doit de remettre Cameron et d’autres jeunes dans le droit chemin.

Quel droit chemin ? Un droit chemin qui ne l’est pas internationallement. Car « God’s promise » n’est pas un établissement normal, c’est un centre de thérapie de conversion. Qu’est-ce que ce drôle de vocabulaire ? La thérapie de conversion vise principalement à convertir les homosexuels en hétérosexuels. Parce que ce n’est pas normal, parce que c’est contre-nature, parce que Dieu ne nous a pas créé comme cela. Bref, vous l’aurez compris, ces centres sont une abomination et vous savez quoi ? Il en existe encore. Ce sont des endroits où vous apprenez à vous détester et à aller contre ce que vous êtes, à vous détester et à créér du mal-être. Ce film sonne juste car le gouvernement de Donald TRUMP avait déclaré, pendant la campagne présidentielle, que les subventions données à la recherche de solutions contre le SIDA, seraient reversées à l’ouverture de ce genre de centre. Voilà.

Pourquoi je vous le conseille ? Parce que ce film dénonce et résonne à de nombreuses oreilles, beaucoup de personnes vont se reconnaître dans la peau de ces jeunes gens rejetés pour ce qu’ils sont. De plus, il y a Chloé Grace MORETZ, qui a bien grandie, mais qui est une actrice attachante et engagée.

De Desiree AKHAVAN – drame

 

Mon tissu préféré : une autre palme de Cannes

Voilà encore un film qui va résonner avec l’actualité. Oui, soyons sérieux cette semaine.

Damas, Mars 2011, Nahla 25ans est tiraillée entre son désir de liberté, et l’espoir de quitter le pays grâce à son mariage arrangé avec Samir, un Syrien expatrié aux Etats-Unis. Mais Samir lui préfère sa petite sœur Myriam, plus docile. Nahla se rapproche alors de sa nouvelle voisine, Madame JIJI, qui vient d’emménager et qui a pour but d’ouvrir une maison close.

Hey, voici un film qui fait mal aux machos et aux fondamentalistes. Un film frais, doux et acide à la fois, porté par un beau casting et une bonne réalisation. Ce thème est on ne peut plus d’actualité, même en 2018 où des centaines de jeunes femmes subissent les pressions familiales, traditionnelles et religieuses. Le mariage arrangé est un fléau que subissent des jeunes hommes et des jeunes femmes à travers le monde. Au nom de la tradition, on prive ces personnes de leur liberté. Par ailleurs, c’est pour cela que se bat Nahla. Pour la liberté. Cependant, elle est tiraillée entre celle qu’elle pourrait obtenir seule et difficilement, et celle que lui offre les traditions abjectes de sa famille. Le film pose se dilemme avec toute la justesse qu’il peut avoir et les images passeront devant vos yeux encore et encore. Parce que ce film sonne affreusement bien.

Parce qu’il faut que l’on continue tous à se battre pour nos libertés, et parce qu’avec ce film le cinéma n’a jamais aussi bien rempli son rôle : celui de dénoncer et montrer. En effet, le cinéma est un Art et tout Art se doit de faire réfléchir, ne serait-ce que par sa seule existence.

De Gaya JIJI – drame

 


Voilà une sélection relativement axée sur des films « sérieux ». En fait, être en vacances, c’est aussi l’occasion de se poser et de réfléchir, de regarder des films que l’on n’a pas l’habitude de voir, et qui sait, peut-être découvrir de nouvelles choses. A la semaine prochaine !