Bonjour à toutes et à tous !

En ce vendredi 3 Août, je vous propose de sortir des sentiers battus et de parler de deux jeux un peu plus récents que ceux dont je vous parle d’ordinaire

 

 

Rise of the tomb raider est la suite du premier Tomb raider dont je vous ai parlé il y a quelques semaines. Sorti en 2015, cet opus nous conte la suite des aventures de la jeune Lara Croft en Sibérie.

Quelques années après ses aventures sur l’île de Yamatai, Lara Croft part en Sibérie à la recherche de la cité perdue de Kitezh. En effet, selon la légende, celle-ci cacherait en son cœur le secret de l’immortalité. Cependant, Lara se retrouvera de nouveau confronté aux Trinitaires, qui souhaitent s’emparer de ce pouvoir extraordinaire.

Si vous avez aimé le premier-nouveau Tomb raider, vous aimerez celui-ci. Nous retrouvons une Lara Croft toujours solidement campée sur ses convictions et ses valeurs, mais avec la maturité en plus. Ses précédentes aventures l’ont faites grandir et elle est plus que jamais déterminée à contrer les Trinitaires et leurs noires ambitions. Le jeu garde le même gameplay que le précédent. Mais cette fois, l’aspect survie du jeu est un peu plus marqué. Lara pourra également récolter des éléments pour crafter des bombes, ou des soins. Les feux de camps nous permettent toujours d’acquérir des points de compétences en débloquant des quêtes annexes et des tombeaux. Cependant, de nouvelles fonctionnalités apparaissent comme les flèches empoisonnées, plus d’armes et un deuxième piolet. Vous pourrez choisir à votre guise de l’utiliser pour escalader des parois rocheuses ou pour défigurer vos ennemis.

Le scénario est très intéressant, d’autant plus que cette aura de mystère qui avait si bien collé à la peau du premier opus, est de retour. Cette fois, il s’agirait d’un prophète, qui se cacherait parmi les humains. Mais je ne vous en dirai pas plus. No spoil. C’est ce que j’aime dans ces nouveaux jeux. Ces histoires mythiques, fantastiques, où on ne sait plus très bien différencier la réalité de l’imagination. C’est ce qui m’a fait aimer le premier jeu, adoré le second, et attendre impatiemment le troisième. Les paysages sont sublimes, plus encore que ceux du premier opus. L’immersion est totale et si vous aimez vous battre en mode discrétion à l’aide de votre arc et de vos flèches, vous serez servi. Vous pouvez tout aussi bien choisir de foncer dans le tas, personne ne vous en voudra. Faites cependant attention aux bêtes sauvages qui vous entourent, certains ours m’ont donné plus de fil à retordre que les humains.

Rise of the tomb raider est disponible à 50€ sur Steam ou à 13€ sur Instant Gaming

 

 

Là nous nous attaquons à un gros bébé. Je vous parlerai peu de ce jeu, que tout le monde connait. A la place, je vous expliquerai surtout pourquoi j’ai décidé d’écrire sur ce petit bijou.

Pour l’histoire, il faut déjà connaitre celle des deux précédents opus, ou avoir lu les livres puisque The witcher est l’adaptation en jeux vidéo des romans éponymes d’Andrzej Sapkowski. A la suite des évènements de The witcher 2, la guerre fait rage entre l’empire du Nilfgaard et les royaumes du Nord. Geralt apprend que Ciri, sa « fille adoptive » et sorceleuse qu’il a pratiquement élevé, a été aperçue pour la première fois après des années d’errance. Cependant, elle est poursuivie par la Chasse Sauvage, cavaliers spectraux messagers de la guerre, de la maladie et de la fin du monde. Aidé par ses alliés, Geralt se met à sa rechercher afin de la retrouver avant la Chasse Sauvage.

L’univers, le monde de the Witcher 3 est l’un des plus beaux du jeu vidéo que j’ai pu voir dans toute ma vie. Je ne parle pas seulement en termes d’esthétique, je parle aussi en termes d’ambiance. Quand vous jouez à The Witcher 3, vous sentez que CD Projekt Red (le studio polonais qui a développé la série) sait de quoi il parle. Il a lu les livres, il s’est intéressé à l’univers et à sa mythologie. J’ai rarement vu une si belle adaptation. Pour être honnête cependant, j’ai joué au deuxième opus, lors de sa sortie et je ne l’avais pas aimé. Notamment en termes de gameplay. Mais j’ai grandi et mûrie, et je me suis dit « allez, sois folle et achète le numéro trois ».

Quel bonheur d’avoir eu cette idée. The witcher 3 m’a complètement transporté dans son monde. Je me suis mise à observer les paysages, sublimes. J’ai aimé simplement me promener dans les villes et les villages. J’ai écouté les dialogues entre les PNJ que l’on peut entendre au détour d’une ruelle. Je me suis faite aspirée par l’histoire. J’ai aimé les personnages que l’on rencontre et leur philosophie. Et surtout, j’ai apprécié le fait que le jeu nous propose des dialogues à choix qui ont une véritable incidence sur le déroulement de l’histoire.

Pour moi, The witcher 3 est un Fable 2 amélioré. J’écoute souvent la bande-son et je change mon fond d’écran de portable uniquement pour en mettre un nouveau de The witcher. Je peux vous dire, sans hésitation, que c’est le meilleur jeu auquel j’ai pu jouer. Et fit des instants nostalgiques sur Halo ou Fable.

The witcher 3 : game of the year edition est disponible à 50€ sur Steam ou à 22€ Instant Gaming

 


Voilà une petite sélection très personnelle. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de jouer à ces deux jeux, ne perdez plus votre temps. Vous ratez quelque chose. En attendant, je vous dis à la semaine prochaine pour notre dernière sélection jeux vidéo solos !