Certains d’entre vous penseront peut-être que j’insiste un peu trop sur ce jeu. Mais ces mêmes personnes devraient cependant se demander pourquoi. Pourquoi j’en parle autant ? The Witcher 3 a pour moi été une révélation dans le sens où j’avais déjà joué au précédent opus et (cela va peut-être vous étonner) il ne m’avait pas plu. Le gameplay était à mon goût trop compliqué et trop difficile. J’ai donc d’abord été réticente à l’idée de jouer au troisième volet. Puis je me suis laissé tenter.
Et quelle bonne idée ai-je eu. Le gameplay, le scénario, la claque visuelle et musicale. Tout dans ce jeu m’a séduit et j’aimerai vous convaincre qu’il peut en être de même pour vous. C’est pour moi le parfait exemple de l’Art dans le jeu vidéo, dans le sens où ces derniers fusionnent au même titre qu’un film, et donnent une création exceptionnelle. Les histoires n’existent pas que pour les films, elles existent aussi pour les jeux.
Je me bats sans cesse pour que la société regarde les jeux vidéo comme elle regarde les films aujourd’hui : avec de l’envie et de l’admiration. Je me bats tous les jours pour que cette image de violence se détache des jeux vidéo. Et c’est avec des œuvres comme The witcher 3 que l’on peut y arriver.


 

L’histoire

Les livres

Avant d’être un jeu, The Witcher est avant tout un roman. C’est là l’œuvre éponyme d’Andrzej SAPKOWSKI, écrivain polonais né en 1948. Il a publié sa première nouvelle nommée Le sorceleur dans un magazine de littérature fantastique « Fantastyka » et a reçu un énorme succès de la part des critiques. Depuis, monsieur SAPKOWSKI est un auteur de référence pour les polonais. Ses livres sont traduits en anglais, hongrois, tchèque, russe, lituanien, allemand, espagnol, français, slovaque et portugais. En 2007, le petit éditeur de jeux vidéo CD Projekt Red sort un jeu de rôle PC basé sur l’univers du sorceleur, humblement nommé The witcher. La suite est sortie en 2011 puis en 2015 pour le dernier opus. Il faut cependant retenir que ces jeux représentent un arc narratif auquel l’auteur ne veut pas être associé car il ne les considère que comme une adaptation libre à partir de ses livres.
Les sorceleurs sont des humains enlevés enfants et génétiquement modifiés afin d’acquérir des capacités surhumaines. Peu survivent aux mutations, mais ceux qui y parviennent deviennent des chasseurs de monstres pouvant manipuler la magie et posséder une force incroyable. Ils sont cependant stériles et dénués de tout sentiment humain. Ils sont divisés en plusieurs écoles d’apprentissage, comme l’école du loup ou l’école du chat par exemple. Celles-ci ont chacune leur éthique et leur façon de se battre. Cependant, la caste des sorceleurs est vouée à disparaitre.

 

 

 

Résumé de l’histoire de The witcher

Au début de l’histoire contée par CD Projekt Red, Géralt, un sorceleur, est ramené à Kaer Morhen, forteresse et école de formation des sorceleurs. Cependant, il découvre cette dernière en ruine et abandonnée à la suite d’un pogrom ayant éradiqué les sorceleurs présents quelques années auparavant. Géralt et ce qui reste de ses amis sont attaqués par d’étranges personnages qui semblent s’intéresser au laboratoire de la forteresse où sont entreposés et fabriqués les mutagènes qui confèrent aux sorceleurs leurs capacités surhumaines. Géralt devenu amnésique va essayer de recoller les morceaux de son passé mais également de savoir qui sont ces assaillants, d’où ils viennent et qui les a envoyés.
Dans The witcher 2 : assassins of kings, Géralt a aidé à arrêter la rébellion lancée par l’Ordre de la Rose Ardente et a sauvé la vie du roi Foltest. Celui qui a attenté à sa vie est un homme, un assassin, aux allures de sorceleur. Géralt va alors s’élancer à sa poursuite afin de découvrir sa véritable identité et son origine. Il va cependant répondre à d’autres questions qu’il avait oublié depuis bien longtemps.

 

Résumé de l’histoire de The witcher 3 : Wild hunt

A la suite des évènements de The witcher 2, la guerre fait rage entre l’empire du Nilfgaard et les royaumes du Nord. Géralt apprend que Ciri, sa « fille adoptive » et sorceleuse qu’il a pratiquement élevé, a été aperçue pour la première fois après des années d’errance. Cependant, elle est poursuivie par la Chasse Sauvage, cavaliers spectraux messagers de la guerre, de la maladie et de la fin du monde. Aidé par ses alliés, Géralt se met à sa rechercher afin de la retrouver avant la Chasse Sauvage.

 

Le monde

Les personnages

Vous rencontrerez beaucoup de personnages dans The witcher 3. En voici une liste.
Triss Merigold : magicienne rousse avec qui vous avez eu quelques aventures, une amie de Yennefer cependant
Vesemir : votre maître sorceleur
Jaskier : votre vieil ami poète et chanteur coureur de jupons
Eskel : votre ami sorceleur
Lambert : votre deuxième ami sorceleur. Qui a dit que vous étiez solitaire ?
Zoltan : un nain et ami, vétéran de la deuxième guerre Nilfgaard-Nordique
Letho : sorceleur de l’école de la Vipère surnommé « le tueur de roi », je vous laisse deviner pourquoi
Philippa Eilhart : membre éminent du conseil des magiciens ainsi que magicienne et confidente à la cour du roi Vizimir. D’après les rumeurs, elle était l’une des rares à maîtriser l’art de la polymorphie
Vernon Roche : commandant des Stries Bleues, forces spéciales témériennes, dans le précédent opus

Ciri : ou Cirilla Fiona Elen Riannon, fille de Pavetta Fiona Elen, princesse de Cintra et Duny. Petite fille de Calanthe Fiona Riannon. Bref, uneprincesse que vous aimez comme votre fille, que vous avez formé à devenir sorceleuse, poursuivie par la chasse sauvage.
Yennefer : puissante magicienne avec qui vous avez été lié par un Djinn. Mais est-ce de l’amour ou de la simple magie ?
Emhyr var Emreis : empereur de Nilfgaard et père de Cirilla
Eredin Bréacc Glas : le roi de la Chasse Sauvage
Avallac’h : érudit des Aen Elle
Sigismund Dijkstra : ancien chef des services secrets rédaniens

 

Les lieux

The witcher 3 nous offre un monde ouvert gigantesque, à explorer à cheval pour pouvoir en découvrir tous les secrets. Vous pouvez cependant effectuer des voyages rapides plutôt que de traverser tout le continent pour vous rendre à votre auberge préférée.Kaer Morhen : forteresse des sorceleurs, l’endroit fut détruit et ses habitants massacrés. Aujourd’hui, elle n’est plus qu’un abri pour les sorceleurs en détresse qui viennent y passer l’hiver.
Novigrad : ville considérée comme « libre » par les habitants du monde, elle est la plus grande et la plus riche des cités. Elle est cependant déchirée entre les membres du culte du Feu Eternel et les gros bonnets de la pègre.
Velen : l’ancienne province témérienne aujourd’hui dévastée par la guerre n’est plus qu’une succession de terres désolées et de villages déchiquetés par les nécrophages. Vous pourrez cependant passer par de jolis endroits reculés et épargnés par l’horreur humaine.
Blanchefleur : une magnifique région et de magnifiques villages réputés pour leurs vergers dont les branches se parent de centaines de milliers de fleurs au printemps.
Wyzima : le palais royal ancienne résidence des rois de Temeria est actuellement occupé par le Nilfgaard et son dirigeant Emhyr var Emreis.
Skellige : un archipel d’îles habitées par de valeureux guerriers au pied marin, un peu pirates sur les bords. Le territoire est contrôlé par différents clans dont le chef porte le titre de « Jarl ».
Toussaint : accessible avec le DLC Blood and wine, Toussaint est un duché fabuleux et magnifique dans lequel vous risquez de vous oublier si vous n’y prenez pas garde.

 

Les créatures

Vous rencontrerez beaucoup de créatures dans The witcher 3. Etant très nombreuses, je vous les classes dans des catégories. Vous serez tout à fait libre d’aller vous renseigner sur ces dernières sur ce site .

Bêtes : des animaux plutôt classiques comme les loups ou les ours
Créatures hybrides : mi-humaines mi-choses comme les griffons ou les sirènes
Créatures maudites : elles résultent de malédictions, comme les loups-garous ou les couvins
Créatures élémentaires : sont constituées d’éléments comme les djinns ou les élémentaires de feu
Draconides : viennent des dragons, comme les wyvern ou les basilics
Insectoïdes : elles portent bien leur nom, comme les endriagues guerrières ou ouvrières
Nécrophages : mangent les morts, comme les goules et les noyeurs
Ogroïdes : la brutalité et la force, comme les trolls ou les nekkers
Spectres : des fantômes, comme la Dame Blanche ou la Vierge de la Peste
Vampires : des grosses chauves-souris comme les ekimme ou les katakan
Vestiges : derniers représentants d’un monde passé, comme les célicole ou les fiellons

 

Le gameplay

Un monde ouvert

C’est là tout le bonheur que nous offre ce jeu. Dans The witcher 3, vous pouvez vous balader librement d’une région à une autre. Et l’univers a été travaillé de la meilleure façon qu’il soit. En effet, en termes d’ambiance, The witcher 3 se place loin devant bien d’autres jeux similaires. Quand vous vous promenez dans un village, vous pouvez entendre les dialogues des PNJ. Les chats soufflent contre vous et les oies s’échappent en battant des ailes. Vous pouvez observer les villageois vaquer à leurs occupations et vous arrêter à l’auberge pour boire ou jouer une partie de Gwynt. Faites attention cependant à ne pas voler sous les yeux des gardes où ils vous arrêteront. Si vous sortez vos armes, les PNJ risquent également de paniquer. Vous pouvez ainsi vous promener à pieds, à cheval ou même en bateau. Vous êtes libre d’effectuer vos quêtes dans l’ordre que vous souhaitez, même si certaines demandent des niveaux plus ou moins élevés. Ainsi, vous êtes libre d’aller où bon vous semble et je vous conseillerai même de sortir des sentiers battus.

 

Le système de combat

Si je déplorai le système de combat dans le précédent opus, celui de The witcher 3 est clairement plus facile. D’une touche, vous accédez à vos différents signes magiques, et ce hors ou pendant un combat. D’une autre touche, vous changez d’épée. « Une en argent pour les créatures sauvages, une en acier pour les humains dans leurs villes en pierres. Toutes les deux sont pour les monstres ». Avant chaque combat, vous avez la possibilité d’ingurgiter une potion qui améliorera vos compétences ou d’enduire votre arme d’une huile qui peut avoir des conséquences contre un monstre spécifique. Les barres de vies enfin, sont intuitives. Si vous tombez sur un ennemi de niveau plus faible, sa barre sera verte. S’il est à votre niveau ou plus fort que vous, elle sera rouge. S’il y a un crâne, c’est la mort assurée. Et votre témérité s’en ira bien vite après avoir effectué deux tentatives de combat contre un ennemi à tête de mort. Pour finir, les combats sont faciles sans pour autant être ennuyants, et certains vous donneront du fil à retordre. Tout au long du jeu, vous pouvez améliorer vos armes avec des runes et les revendre à mesure que vous trouvez des armes plus puissantes. Vous avez le choix entre des haches, des épées, des lances, des arbalètes… Il y en a pour tous les goûts. Pour finir, vous pouvez récupérer de la vie par des potions ou de la nourriture et de l’eau. Faites attention à l’alcool qui vous rend des points de vie mais qui n’est pas sans conséquences.

 

Les choix à conséquences

Et vous en aurez des choix à faire. Cela peut convenir à tout type de conversation. Vous avez d’abord les petits choix, comme je les nomme, qui consiste à répondre durant un dialogue, avec des phrases plus ou moins piquantes. Ensuite, vous avez les choix moyens, qui ont des conséquences directes mais légères. Enfin, vous avez les choix vitaux. Ces derniers sont très importants puisqu’ils auront un impact direct sur l’histoire et même parfois, sur la fin de cette dernière. Vous pouvez ainsi vous faire des alliés… ou bien des ennemis. Quand j’ai acheté ce jeu, une amie m’a donné un conseil qui, je pense, est assez important pour que je vous le partage également : soigne tes relations politiques.

 

Les graphismes et la musique

La technologie

CD Projekt Red a beaucoup misé sur sa technologie afin de sortir un jeu digne des joueurs. Ainsi, il intègre une piste audio 5.1 et leurs graphismes ont été développés par leur propre moteur de jeu mit à jour, le REDengine 3. Ceci nous donne alors le droit d’explorer un monde ouvert aux couchers de soleil possédant mille couleurs, le tout pendant plus de 200 heures de jeu. La qualité des eaux turquoise nous donne envie de nous y baigner et la région de Toussaint est pour moi la plus belle que le studio ait pu créer. Je vous laisse admirer tout cela par vous-même en cliquant sur ce lien.

 

La musique

Mikolai STROINSKI est le compositeur de The witcher 3. Et quand vous jouez à ce jeu, je peux vous assurer que la musique fait partie intégrante de l’histoire. En effet, vous vous surprendrez à oublier les transitions entre un morceaux et un autre, et surtout, vous vous étonnerez de voir à quel point la musique de ce jeu a été merveilleusement bien pensé. D’après un interview récupéré sur le site www.dailymars.net, quelques morceaux ont été enregistrés avec un orchestre en live. L’investissement s’est d’abord fait sur les musiques folkloriques, qui sont le cœur du jeu. Et tout est parfait. La musique des combats qui s’intègre parfaitement à la musique d’ambiance. Les bruitages que vous pouvez percevoir quand vous traversez un village ou une forêt. Les cris des animaux et des créatures que vous pouvez croiser. Les doublages français qui, à mon sens, sont excellents. Je vous laisse vous imprégner de l’univers musical de ce jeu en cliquant sur ce lien.

 

Conclusion

J’espère que ce dossier, à la fois très complet et pas assez, vous aura donné envie de jouer à ce jeu. Si vous le connaissiez déjà cependant, j’espère avoir été à la hauteur de vos attentes. Il est difficile de résumer un tel jeu, si complet et si complexe. Je pourrai écrire des centaines de paragraphes sur The witcher 3 pour vous convaincre que c’est un bon jeu.
Et vous savez ce qui fait de CD Projekt Red un bon studio ? C’est la qualité de leur jeu, dans le sens où ils ne prennent pas les joueurs pour des pigeons. En effet, le jeu de base, sorti à un prix habituel vous promet environ 200h de jeu. Rajoutez à cela deux DLC (Blood and wine et Heart of stone) qui sont aussi bien que le jeu principal. Ils sont beaux, attractifs en termes de quête et leur durée de vie est quasiment la même que celle de The witcher 3. Je ne saurai lequel choisir entre les deux. C’est pour ça que je vous dirai de jouer aux deux. Les deux histoires sont très bien, même si j’aime le côté sentimental de Heart of stone. Quant à l’univers, je préfère celui de Blood and wine. Mais ils sont tous les deux très bon.
The witcher 3 est définitivement un excellent jeu et CD Projekt Red est définitivement un excellent studio. C’est pourquoi je ne peux m’empêcher de parler de ce jeu, et j’attends avec impatience de voir leur nouveau bébé nommé Cyberpunk 2077.