EPL S13 : Heroic s’impose, Gambit confirme et Astralis échoue

Retour sur la compétition

Après un long mois de compétition, la saison 13 de l’ESL Pro League est enfin arrivée à son terme ce weekend. Les danois d’Heroic se sont imposés devant les russophones de Gambit à l’issue d’une rencontre très accrochée. Les deux équipes montrent un excellent niveau depuis le début de l’année et c’est sans surprise que nous avons pu les retrouver en finale. Pourtant, la tâche ne s’annonçait pas facile au début de la compétition. En effet, cette saison 13 de l’EPL regroupait pas moins de dix-neuf équipes du top 20 mondial parmi les vingt-quatre participantes. Cela en a fait un des évènements les plus relevés sur la scène compétitive de Counter-Strike depuis la sortie du jeu. Parmi ces équipes, nous avons retrouvé Astralis, G2 Esports, Navi, Furia, Vitality, NIP… Du très beau monde pour accompagner les deux finalistes.

Le tournoi s’est déroulé en deux parties. La première s’est traduite par une phase de groupe : les vingt-quatre équipes sont réparties dans quatre groupes de six. La première équipe de chaque groupe se qualifie pour une phase de playins. Les deux vainqueurs des rencontres de playins ont ainsi accès aux demi-finales. Les deux équipes perdantes se retrouvent, quant à elles, en quart de finale. Les équipes qui terminent aux 2e et 3e places se qualifient elles aussi pour la suite de la compétition. Cependant, la route en playoffs est plus longue pour ces équipes car elles doivent passer par deux tours préliminaires avant de rejoindre les quarts de finale.

EPL Saison 13

Étant sortis premiers de leurs groupes, Héroic, NIP, Astralis et Gambit se sont donc affrontés en playins. Les légendaires danois d’Astralis, qui avaient pourtant survolé leur groupe, ont connu un premier coup d’arrêt contre les jeunes Gambit. Les Héroic ont, quant à eux, dominé leur sujet contre les NIP en s’imposant sans grande difficulté. En quart de finale, les Astralis ont connu un deuxième coup d’arrêt, cette fois définitif, contre les Furia. Les brésiliens, qui s’étaient auparavant défaits de FPX et G2 Esports, n’ont fait qu’une bouchée de Xypex et ses coéquipiers. Ils ont ainsi mis un terme au parcours des danois dans cette saison des EPL. De l’autre côté de l’arbre, les Complexity, qui avaient sorti les Navi et Virtus.pro, sont tombés contre les NIP. L’équipe suédoise connait ici son premier vrai bon résultat de l’année avec ce top 4.

Dans la suite de la compétition, Gambit et Héroic se sont facilement imposés face aux Furia et aux NIP. Cela leur a ainsi permis de se qualifier en grande finale.

EPL Saison 13

Le spectacle a été assuré par les différents joueurs. Les deux équipes se sont rendues coups sur coups, notamment sur Train avec quatre prolongations. Il aura fallu un clutch historique de Casper « cadiaN » Moller pour que les danois finissent par l’emporter 16-6 sur la dernière carte. Les Heroic remportent donc leur premier titre majeur de cette année 2021. C’est plus de neuf mois après leur dernier gros titre lors de l’ESL One Cologne dont vous pouvez retrouver l’article ici. Grâce à cette victoire, les danois montent sur la 2e marche du classement HLTV, référence mondiale en la matière.

Les malheureux finalistes de chez Gambit pourront, eux, se consoler avec la première place de ce même classement. C’est une nouveauté pour cette équipe qui avait déjà atteint la 2e place après sa victoire au PGL Major de Krakow en 2017. Cette place est une consécration pour la structure de l’est. Elle avait fait confiance à de jeunes talents russes il y a plus d’un an afin de reprendre le flambeau de l’équipe. Un choix gagnant qui se voit récompensé par cette première place.

Que faut-il retenir de cette EPL Saison 13 ?

La première chose à retenir est que 2021 pourrait être l’année de la consécration pour la région CIS. En effet, cette région n’a jamais connu de titre lors d’un major malgré différentes présences en finale. Natus Vincere, l’équipe de S1mple (meilleur joueur du monde en 2019), a échoué par trois fois en finale, notamment face aux français d’EnVyUs en 2015. Les Avangar, passés maintenant chez Virtus.pro, ont eux aussi connu le goût de la défaite. En effet ils s’étaient inclinés contre Astralis lors du StarLadder Berlin Major 2019, permettant ainsi aux Astralis de remporter leur 4e succès en major.

Ces différents échecs semblent bien loin désormais. En effet, après ce tournoi, la région CIS ne compte pas moins de trois équipes dans le top 5 du classement HLTV. Natus Vincere, Gambit et Virtus.pro enchaînent les très bons résultats depuis le début de l’année. Les Gambit, actuels leaders de ce classement, ont même remporté les IEM Katowice en février. Autres performances de grande envergure, les victoires de Virtus.pro au CS Summit 7 et de Natus Vincere aux finales Blast Pro Series. Ces belles performances n’annoncent que du bon pour une région de grand talent souvent malheureuse dans les grands tournois.

Autre indication de ce tournoi, les grosses équipes de 2020 laissent apparaître des signes de faiblesse. Effectivement, ce que l’on pressentait après les premiers tournois semble se confirmer. Astralis, Evil Geniuses, Furia, G2 Esports ou encore Vitality, ces noms faisaient trembler la plupart des équipes en 2020. A elles seules, elles ont remporté huit des seize grandes compétitions de l’année passée. A l’inverse, cette année, aucune de ces équipes n’a encore soulevé de trophée. Des changements ont donc été réalisés dans la plupart de ces équipes. Tarik a laissé sa place à Michu chez EG. kennyS est, quant à lui, mis sur le banc chez G2. Enfin, RPK, vétéran de la scène française, laisse sa place à la jeunesse et à Kyojin chez Vitality.

Enfin, cette EPL saison 13 a été un échec pour les équipes internationales. En effet, seuls G2 Esports, Fun Plus Phoenix et Complexity ont réussi à s’extraire des groupes. Toutefois, Complexity a réussi à atteindre les quarts de finale. Les deux équipes ont chuté lors des deux tours préliminaires, ce qui est une petite déception. Pour Faze, Mouseports, OG ou encore Cloud 9, le résultat est quelque peu décevant : aucune de ces équipes n’a réussi à sortir de la première phase de la compétition. Cela a même mené à la dissolution de l’équipe au nuage qui été emmenée par le leader britannique ALEX. Ces équipes internationales, qui commençaient à prendre de plus en plus de place sur la scène compétitive ces dernières années, connaissent donc un revers qu’il faudra vite effacer.