LOL : résumé des quatre ligues majeures de League of Legends – Partie 1

LEC, LCK, PCS, CBLOL, VCS et bien d’autres, toutes les régions du globe ont vu leurs champions de printemps se faire couronner. Ces dix-huit équipes championnes régionales représenteront leurs ligues lors du MSI organisé au mois de mai en Islande. Mais pour l’heure, retour sur les quatre régions majeures de l’esport sur League of Legends. LEC, LCK, LPL et LCS, ces quatre ligues comportent les meilleures équipes du monde. Et pour dire, aucune autre région n’a remporté d’événements internationaux. Ce sont dans ces régions que l’on rencontre des joueurs légendaires aux carrières extraordinaires tels que Faker, Doinb, Caps ou encore Perkz.

 

LEC : la jeunesse s’impose, G2 Esports et Fnatic échouent

LOL : résumé des quatre ligues majeures de League of Legends - Partie 1

LOL : résumé des quatre ligues majeures de League of Legends – Partie 1 – LEC

Résumé de la saison :

La saison régulière du LEC a été dominée de la tête et des épaules par G2 Esports et Rogue. Les deux équipes, qui étaient annoncées comme favorites au début de cette nouvelle saison, ont su tenir leur rang. Elles avaient toutes deux procédé à des changements durant l’offseason. Vous pouvez retrouver ces changement dans notre préview de la ligue. G2 Esports, qui s’est vu renforcé après l’arrivée de Rekkles cet hiver pour remplacer Perkz parti en LCS, a continué sur la même lancée que les deux années précédentes. L’équipe quadruple championne en titre n’a pas connu grande contestation durant la saison régulière. Elle a fini la saison avec un total de quatorze victoires et quatre défaites.

Parmi ces défaites, celle contre Fnatic reste la plus marquante. En effet, les affrontements entre les deux équipes sont toujours sources de tension. Et il est rare ces dernières années que le club de Carlos « Ocelote » Rodriguez s’incline. A égalité avec les G2, les Rogue ont aussi dominé la saison, finissant en 14-4 eux aussi. Derrière ces deux équipes, les Mad Lions ont su se qualifier en playoffs sans grande encombre. Ce n’est pas le cas pour Fnatic, Schalke 04 et SK Gaming pour qui la qualification en playoffs s’est jouée lors de la dernière semaine. Elles ont devancé Excel et Misfits sur la ligne. Enfin, dans le bas du tableau, Astralis et Vitality ont connu une bien triste saison malgré les divers changements.

Lors du premier tour des playoffs, les Rogue se sont fait surprendre par des Mad Lions qui n’étaient alors qu’aux prémices de leur tour de force. Bien que les Rogue aient dominé toute la saison, ils sont habitués à rater leurs premiers tours de playoffs. Ils ont donc su rebondir par la suite dans le lower-bracket en éliminant les Fnatic. Lors du second tour, c’est une nouvelle surprise qu’ont réalisé les Mad Lions et, cette fois-ci, aux champions en titre. Ils les ont ainsi envoyés avec la manière des G2 Esports dans le lower-bracket, s’assurant ainsi une place en finale.

Ces derniers vont s’incliner par la suite contre les Rogue de façon assez surprenante. En effet, rarement les G2 avaient semblé si faibles lors d’une rencontre ces dernières années. C’est la première fois depuis la création de la ligue européenne qu’une finale ne contient ni G2 Esports ni Fnatic. Enfin, alors que les Mad Lions sont menés 2-0 dans la grande finale, ils ont su renverser le cours de la rencontre pour venir s’imposer face aux Rogue.

Tops :

  • Mad Lions : alors que les Lions ont déçu aux worlds après avoir réalisé une bonne saison cet été, l’équipe a connu deux changements. Exit Shadow et Orome laissent place à Elyoya et Armut. Et le moins que l’on puisse dire est que ce choix sera payant. En effet, outre la victoire lors de la grande finale, Elyoya a été élu meilleur rookie du Split et Armut aura su tenir son rang face aux meilleurs joueurs toplaners de la ligue. Bien accompagné par les trois joueurs déjà présents à l’origine, ils auront su faire preuve de patience pour attendre leur heure et triompher.
  • Rogue : malgré une deuxième place qui peut sembler assez décevante au vu de leurs résultats lors de la saison régulière, l’équipe s’est grandement améliorée depuis ses mauvais résultat aux championnats du monde. Les deux recrues hivernales que sont Odoamne et Trymbi n’y sont pas pour rien. L’ajout de ce dernier, prometteur support polonais, mélangé à l’expérience d’Hans Sama, en ont fait une des botlanes les plus redoutables d’Europe. Sur le topside, Odoamne a amené de la stabilité avec lui. Le vétéran de la ligue qui est présent depuis 2014 au plus haut niveau à permis de consolider une équipe qui était déjà bien en place.

Flops :

  • G2 Esports : premier réel raté sur le sol européen pour les G2 Esports depuis la création de leur super-team. Effectivement, depuis la création de celle-ci au début de l’année 2019, l’équipe a jusqu’à présent toujours connu la victoire sur le sol régional avec quatre titres consécutifs. Cependant, bien plus que la défaite, c’est la manière de jouer de cette dernière qui a étonné. Bien qu’elle soit composée des meilleurs joueurs à leur poste avec l’ajout de Rekkles, les G2 Esports n’ont pas été en mesure de remporter le titre. L’équipe a été notamment critiquée pour son investissement et les choix pris en jeu. Ces derniers étaient auparavant pris par Perkz, néanmoins, depuis son départ pour Cloud 9, c’est Jankos qui a pris la relève. Ce changement de leader additionné à l’ajout d’un nouveau joueur aura eu raison des espoirs G2 sur un 5e titre consécutif.
  • Vitality : la structure française a connu une année 2020 catastrophique. Divers changements au sein de l’équipe l’ont menée à une forte instabilité. Les Vitality ont alors eu du mal à performer. Symboles de leurs mauvais résultats, la 10e place à la saison printanière ainsi que la 9e lors de la saison estivale. Pour cette année 2021, la structure a annoncé le retour de l’équipe à un bon niveau avec en ligne de mire la qualification en playoffs. Cependant, les choses ne se sont pas passées comme prévu pour les Vitality. En effet, ces derniers ont occupé le bas du classement toute la saison et n’ont jamais pu espérer batailler pour les places de playoffs. Ils ont même vu les Astralis leur passer devant après la dernière semaine de saison régulière, les reléguant à la dernière place du classement. L’arrivée de Crownshot à la place de Comp à la mi-saison n’aura pas permis à l’équipe de se relancer. Il faut donc s’attendre à des changements dans l’équipe pour le Summer Split cet été.

LCK : Damwon KIA, une domination sans contestation

LOL : résumé des quatre ligues majeures de League of Legends - Partie 1

LOL : résumé des quatre ligues majeures de League of Legends – Partie 1 – LCK

Résumé de la saison :

Après sa victoire lors des championnats du monde en Chine, Damwon a ramené la Corée sur le devant de la scène. Beaucoup voyaient le cinq victorieux de Damwon comme l’équipe qui permettrait à la Corée de redevenir la région numéro 1 et de remporter à nouveaux plusieurs worlds consécutifs. Cependant, aussitôt la victoire célébrée, les champions du monde ont dû dire au revoir à leur toplaner Nuguri qui s’envolait du côté de la Chine et de FPX. Beaucoup de monde voulait donc voir ce que donnerait les Damwon après ce changement.

Malgré cela, ils ont été tout autant dominateurs et ont marché sur la LCK. Ils ont fini la saison régulière en 16-2, laissant échapper deux rencontres face aux Freddit Brion et aux GenG. Ces derniers ont d’ailleurs fini à la deuxième marche de la saison régulière. Ils ont profité d’une bonne saison de BDD et Ruler pour s’imposer comme la deuxième meilleure équipe de Corée. Aux côtés de ces deux équipes, DRX, Hanwha Life Esports, Nongshim Redforce et T1 sont venus compléter les places en playoffs. Les T1 sont passés près de la catastrophe en playoffs. Il aura fallu le retour des vétérans tels que Faker et Canna pour que l’équipe retrouve le chemin de la victoire, elle qui n’était que 8e à l’issue de la phase aller.

Pour DRX et HLE, les choses auront été quelque peu différentes. Les deux équipes ont connu de nombreux changement durant l’offseason. Parmi ces changements, on compte notamment Deft et Chovy qui évoluaient chez DRX l’année précédente et qui ont rejoint HLE. Elles ont tenu leur statut et ont assuré leur place en playoffs sans grande difficulté. Enfin, NS Redforce, la dernière équipe à se qualifier, a su profiter du mauvais choix stratégique de la part des KT Rolster pour prendre la dernière place qualificative.

Cette année, le format des playoffs en Corée a été remanié. Ce n’est plus un gauntlet comme nous avait habitué la LCK. Désormais, c’est un format où les deux meilleures équipes de la saison régulière sont directement qualifiées en demi-finale. Le reste du top 6 s’affronte, quant à lui, en quart de finale avant de retrouver les deux meilleures équipes lors des demies. Dans ces playoffs, Damwon a continué à démontrer sa supériorité. Ils ont d’abord sorti HLE 3-0 puis ils sont venus s’imposer 3-0 en finale contre GenG. Ces derniers s’étaient auparavant défaits des T1 lors des demi-finales.

Tops :

  • Damwon Kia : les champions du monde ont su confirmer après leur titre en octobre. Malgré la perte de Nuguri en décembre, ces derniers ont continué de dominer avec l’arrivée de Khan, l’ancien toplaner des T1. Véritables titans, aucune équipe n’a réussi à les contester. Ils se sont imposés comme le représentant par excellence de la Corée, véritable porte étendard de cette dernière à l’étranger. Avec cette victoire lors du spring split, les Damwon KIA se qualifient au MSI. Ils seront un véritable prétendant au titre et pourquoi pas au grand chelem. Celui-ci n’a encore jamais été réalisé. Il s’agit de remporter les deux championnats régionaux, le MSI ainsi que les worlds. En 2019, les G2 ont été tout près du but. Cependant, les européens se sont inclinés en finale des championnats du monde face aux FPX. Aujourd’hui, seul Damwon semble pouvoir être en mesure de réaliser un tel exploit. Il faudra donc continuer de regarder du côté de la Corée dans les prochains mois.

 

  • Gen G : après plusieurs années de disette, les GenG sont de retour sous le feu des projecteurs. En 2018, la structure a acquis les joueurs de l’équipe championne du monde de l’année précédente qui évoluaient alors chez Samsung Galaxy. Depuis, l’équipe n’a jamais réussi à connaître à nouveau le même succès. Les choses ont désormais bien changé puisqu’il ne reste que l’ADC Ruler de cette première version des GenG. Cette saison semble être un renouveau pour les GenG. En effet, son midlaner BDD a montré un très bon niveau durant la saison. Il a souvent été critiqué pour son inconstance ainsi que son champion pool réduit. Cependant, il reste un joueur de grand talent et il l’a redémontré durant ce split. Accompagnés par une équipe d’expérience, Ruler et BDD ont su écarter une à une les autres équipes pour s’affirmer comme étant la deuxième meilleure équipe de Corée.

Flops :

  • Hanwha Life Esports : avec l’arrivée de Deft et Chovy, l’équipe est prometteuse. Accompagnés par deux rookies et Vsta, cette version 2021 d’HLE a tout pour plaire. Du talent avec Chovy, de la solidité avec Deft et Vsta, et la fougue de la jeunesse. Néanmoins, l’équipe a connu une grosse instabilité durant la saison. Les nombreux changements sur la toplane et au poste de jungler n’y sont pas pour rien. Les HLE ont tant bien que mal réussi à se qualifier en playoffs. Mais lors des dernières semaines, l’équipe a perdu en constance et enchaîné les défaites. Mis en grosse difficulté en quart par NS Redforce, ils ont quand même réussi à atteindre les demies. Cependant, ils s’y sont lourdement inclinés face aux Damwon KIA. Malgré une saison régulière satisfaisante, cette équipe avait de quoi faire faire mieux. Sa lourde défaite contre Damwon et sa faible fin de saison sont des signes que l’équipe manque encore de maturité. Il faudra continuer à les suivre de près car avec un peu de temps, les HLE pourront vraiment montrer de belles choses.
  • DRX : à l’image des Mad Lions en 2020, les DRX ont fait confiance à la jeunesse. Pleins de talents et d’audace, ils ont atteint les quarts aux worlds. Ils se sont inclinés contre leurs compatriotes et futurs vainqueurs Damwon. Cependant, à la différence des Lions, les joueurs ne sont pas restés ensemble pour l’année 2021. L’équipe a totalement explosé aux quatre coins de la LCK. Seul le jungler Pyosik est resté de la version précédente de l’équipe. Il a donc fallu reconstruire l’équipe autour de l’expérience de celui-ci. Entouré par la jeunesse, il a permis à l’équipe de se qualifier en playoffs. Mais elle n’y a pas fait long feu car elle s’est inclinée dès les quarts contre les T1. Même si avoir atteint les quarts peut être un bon résultat, on aurait pu s’attendre à voir DRX aller plus loin en playoffs. La jeunesse de l’équipe et son manque de maturité peut expliquer cela. Il faudra donc s’armer de patience pour retrouver les DRX aux avant-postes de la LCK, comme ils en ont eu l’habitude.

Le mot de la fin

Voici donc la première partie de notre résumé des quatre ligues majeures de League of Legends. La deuxième partie, « LOL : résumé des quatre ligues majeures de League of Legends – Partie 2 » sortira dans cinq jours. En attendant, n’hésitez pas à revoir les games sur le site officiel de Lolesports, et à consulter nos autres articles League of Legends. Nous avons aussi une chaîne Twitch et un site réservé à tous nos tournois esports. N’hésitez pas à y jeter un coup d’œil ! Vous pouvez aussi me suivre sur mon twitter Minaax ainsi que celui de PCS pour être au courant de la sortie des prochains articles.