Stellaris est un jeu rempli de mystères et d’histoires incroyables à chaque nouvelle partie. Depuis sa sortie le 9 mai 2016, il a connu de nombreux DLCs changeant la manière de jouer. Overlord est le dernier en date sorti le 12 mai dernier. Malgré la quantité majeure de DLCs nécessaire pour connaître l’expérience complète de Stellaris, la communauté a toujours apprécié ces contenus qui apportent du changement.

Après plusieurs heures de jeu, il est temps de donner un retour sur ce nouveau contenu.

Anneau Orbital : nouvelle méta défensive ?

Une planète entouré d'un anneau orbital

Les anneaux orbitaux change la donne.

L’anneau orbital, cette mégastructure pouvant être construite autour de n’importe quelle monde colonisé, va drastiquement changer la manière de jouer au sein de la communauté. Permettant de construire des districts supplémentaires pour la planète, elle est aussi capable d’ajouter des défenses dans un système, rendant sa capture bien plus complexe.

Voici un exemple que j’ai pu vivre personnellement : lors d’une guerre contre un empire avec une flotte deux fois plus puissante que la mienne, j’ai remarqué qu’elle n’arrivait pas à percer mes défenses là où mes anneaux orbitaux étaient présents. J’ai donc forcé mon ennemi à passer par des systèmes contenant ces anneaux. Cela a détruit ses flottes et m’a permis de gagner la guerre.

Je pense que, sur le long terme, cette nouvelle mégastructure risque de changer totalement la donne sur la manière dont les joueurs vont s’affronter.

Les Hyper Relais ou les autoroutes d’un empire

Une flotte s'apprêtant a prendre un hyper relais.

Les Hyper relais ou le nerf d’un pays.

J’ai été agréablement surpris par l’utilité des hyper relais que ce 7e DLC de Stellaris ajoute. En effet, ils permettent un voyage rapide au sein de l’empire du joueur. Ils ont une importance considérable. Ne pas en avoir, c’est signer son arrêt de mort car le joueur ne pourra pas déployer des forces rapidement en cas d’urgence. Je ne peux négliger le nombre de fois où construire ces structures au sein de mon empire ont permis de sauvegarder ma capitale d’une crise de fin de partie, ou bien tout simplement de gagner une guerre.

 

La catapulte quantique : déception

Une catapulte quantique en action.

Si beau… mais décevant.

La catapulte quantique est un élément majeur de gameplay ajouter, mais je trouve l’utilisation insatisfaisante. La portée est trop courte pour la version améliorée et je ne l’ai utilisé qu’une fois pour essayer. Réduire la propagation possible et augmenter la portée rendrait sûrement cette structure bénéfique, mais dans son état actuel, je la trouve décevante. D’autant plus en sachant qu’il s’agit de l’image d’accueil de cette mise à jour. Je m’attendais à quelque chose changeant totalement la méta du jeu !

 

Système de vassalisation : un plus qui devient indispensable

Mention honorable pour le système de vassalisation. Il est loin de parfaire le DLC, cependant, il apporte énormément pour un empire souhaitant ne pas seulement conquérir mais la jouer diplomatique. Pouvoir spécialiser ses vassaux ou se spécialiser en tant que vassal dans une branche précise permet d’harmoniser son empire ou de s’associer à son seigneur de manière impressionnante. Je ne pensais pas que le simple fait de jouer un vassal serait mon choix favori.

 

Du contenu gratuit, comme toujours !

Nouvelle apparence des humains dans Stellaris.

Comme d’habitude, avec Paradox Interactive, le nouveau DLC majeur est synonyme de contenu gratuit. Même si j’avoue que les anciens visages humains vont me manquer, j’aime beaucoup le reskin donné par les développeurs. L’ajout du système de situation, permettant de nouvelles histoires ayant lieu dans votre galaxie, ainsi que la possibilité de construire chez vos alliés ou vassaux, font partie des nouveaux contenus et bugs fixes. Il y a aussi la possibilité de construire des bâtiments chez vos vassaux pour recevoir plus de ressources, ou bien améliorer leur loyauté envers votre empire.

 

Nouvelles enclave, dont une créable par le joueur

Les trois enclaves: de gauche a droite, les récupérateurs, les pérégrin du suaire et l'enclave mercenaire.

De nouvelles enclaves font leur apparition dans ce DLC. L’enclave mercenaire créable par le joueur donne l’opportunité de recevoir des dividendes permanents au sein de votre empire, ainsi qu’une flotte en cas de guerre. Créable après avoir formé une flotte d’une capacité de 50, l’amiral en charge formera une enclave, et fera de son mieux pour l’améliorer au fil du temps. Les pérégrins du suaire peuvent nous apporter des bonus et malus selon notre chance, pouvant impacter solidement notre empire sur le court et moyen terme. Mais leur véritable utilité vient des Origines. En dernier, l’enclave des récupérateurs permet de gagner des alliages sur des flottes que nous avons construites. Le seul défaut que je trouve à cette enclave est son temps d’attente avant de pouvoir la réutiliser. Réduire le temps d’attente permettrait de récupérer les ressources rapidement, mais je comprends que cela pourrait mener à des abus.

 

Nouvelles origines : être psionique devient très utile

être psionique devient méta?

Grande surprise pour moi, qui joue principalement psionique, de voir une origine qui permet de commencer avec une population de psioniques latent en début de partie. Cette fois, pour devenir de vrais psioniques, il ne reste qu’un seul atout de l’ascension sur deux à obtenir, et les effets deviennent considérables. L’avantage d’avoir une population psionique en début de partie permet de suivre les empires matérialistes avec une facilité déconcertante. Il est impressionnant de voir à quel point cette origine a totalement bouleversé la méta.

L’origine souterraine n’est pas sans reste car elle propose de pouvoir coloniser tous les mondes plus facilement en échange d’une réduction sur la vitesse de développement de la population.

Les autres origines sont aussi très appréciables mais ces deux-là sont mon coup de cœur du nouveau DLC.

 

Verdict personnel

Paradox a fait le choix de rendre le contenu de ce DLC non essentiel aux joueurs en faisant en sorte qu’une grande partie du contenu soit disponible gratuitement. Cela ne rend pas les parties solo si différentes des parties multijoueur, pour ceux ne possédant pas le DLC.

Les pours :

  • les nouvelles enclaves rajoutent de nouvelles possibilités ;
  • les origines ajoutent de nouvelles façons appréciables de débuter la partie ;
  • l’ajout de contenus gratuits ;
  • les nouvelles mégastructures sont, pour la plupart, une réussite ;
  • la dispersion du contenu permet des histoires uniques à chaque nouvelle partie ;
  • il n’est pas nécessaire d’avoir le DLC pour se familiariser avec le contenu de vassalisation.

Les contres :

  • le nouveau système de situation peut être déroutant et doit être amélioré ;
  • pour apprécier pleinement le nouveau contenu, vous devez posséder les autres DLCs, ce qui représente une dépense pouvant dépasser les 200€.

Si vous appréciez le contenu PCS, vous pouvez retrouver d’autres articles ici !

Si le jeu vous intéresse, vous pouvez vous le procurez sur Steam ainsi que le nouveau DLC !